Blogue

« Réussir dans la vie ou réussir sa vie? »

Il est difficile d’avoir un haut niveau d’énergie lorsque l’on est hanté par des émotions négatives, que l’on n’a pas la paix intérieure. Il est difficile aussi d’avoir des relations positives avec les autres en même temps que l’on entretient de la colère. Notre manque d’énergie, nos démons intérieurs et des conflits avec autrui affecteront notre énergie quotidienne, nos décisions d’affaires, notre productivité, notre santé financière bref l’ensemble de notre vie. Je vous invite à lire ce blogue pour découvrir des idées, des outils, des stratégies pour vous aider à mieux vivre votre vie.

Comment réussir sa vie?

On veut tous réussir notre vie. Mais comment savoir si nous la réussissons et si nous sommes sur la bonne voie ?

Il est difficile d’avoir un haut niveau d’énergie lorsque l’on est hanté par des émotions négatives, que l’on n’a pas la paix intérieure. Il est difficile aussi d’avoir des relations positives avec les autres […]

Le prix de la haine

Les gens heureux sont des gens qui n’entretiennent pas de haine ou de vengeance, ils ont appris à pardonner.

Quand la mèche est trop courte!

« Je suis comme mon père et mon grand-père, me raconte Marc. On est tous un peu “soupes au lait”. On se fâche vite, mais on se défâche vite. Le problème, c’est que lorsque je suis fâché, je ne pense pas vraiment à ce que je dis ni à ce que je fais. »

L’adulte-roi, ce fléaut

Comment reconnaît-on un enfant-roi ? C'est un manipulateur qui refuse de faire des compromis. Il dédaigne l'autorité et fait des « crises de nerfs » quand il est frustré. Il se montre incapable d'assumer les responsabilités et veut constamment être le centre de l'attention. Culpabilité de ne pas être assez présent, peur de ne pas être aimé, d'être rejeté, stratégie pour éviter la « crise de nerfs », plusieurs raisons amènent un parent à tout donner à un enfant. Bien sûr, nous voulons ce qu'il y a de mieux pour nos enfants. Cependant, certains parents ont oublié leur mission première : être un parent.

«Dis-moi comment motiver?»

Pourtant, on a tous besoin de reconnaissance, même les patrons. Et quand nous sommes en manque, quand nous croyons que nos efforts ne sont pas reconnus, nous devenons de plus en plus démotivés et commençons à chercher ailleurs où nous pourrions combler ce besoin.

On ne gère pas le temps

Et vous, que feriez-vous avec une huitième journée dans la semaine? Je l’ai demandé à quelques-uns d’entre vous. Voici ce qu’ils m’ont répondu : « Je prendrais plus de temps pour moi et mes enfants. » « Je ferais du sport. » « J’aurais des loisirs. » « Je me reposerais. » « Je cuisinerais de bons petits plats. » « Je prendrais des cours de musique. »

Quand être «workaholic» devient une maladie

On décrit le workaholisme comme une relation pathologique d’une personne à son travail. Cette relation se caractérise par une compulsion à consacrer de plus en plus de temps et d’énergie à son métier, au détriment des autres aspects de sa vie. Elle persiste même si les conséquences sur la santé, la vie familiale et les relations sociales sont négatives. Cette dépendance, qui paraît bien et qui suscite souvent l’admiration, peut avoir des conséquences très graves. C’est la seule dépendance valorisée.

Question de choix

Marc a 19 ans. Il y a quelques années, un grave accident de VTT l’a laissé avec un handicap physique important. À la suite de cet accident, il est devenu clair qu’il ne pourrait jamais prendre la relève de l’entreprise familiale.

Par |14 janvier , 2014|Catégories Chroniques|Mots clés : , , , , |0 Commentaire

Quand nos attentes causent notre malheur

Examinez bien vos attentes, car si vous vous imaginez que celles-ci sont indispensables à votre bonheur, vous créez votre malheur. Changez vos exigences en préférences, il y va de votre bien-être et de celui de ceux qui vous entourent.

Par |7 janvier , 2014|Catégories Chroniques|Mots clés : , , , , |0 Commentaire

S’affirmer ou s’effacer

Ne pas s’affirmer signifie accepter de mourir un peu chaque jour. Pour s’affirmer, il faut devenir adulte. N’est-ce pas un peu naïf de croire que tout le monde peut m’aimer ou être toujours en accord avec moi? Il est certain que lorsqu’on s’affirme, on prend le risque d’être jugé, d’être boudé, de déplaire ou d’être critiqué. Et après ? Même lorsqu’on ne s’affirme pas, on subit certaines de ces conséquences. Pire encore, on vit alors des frustrations, une perte d’estime de soi, en plus du sentiment de passer à côté de sa vie.